Archive for July 2015

mewhithoutYou - Pale Horses

























2015
Run For Cover Records
SoundCloud | Spotify | Deezer | Web

Face à la grisaille, face au froid, et face aux hordes de touristes, gardons notre sang froid. Changeons nous plutôt les idées, ou plutôt, non, gardons les mêmes, mais au moins, écoutons  un album qui colle avec notre humeur.
Si vous êtes d'humeur pensive, introspective, avec un léger penchant pour les actes irréfléchis, si vous passez de la passivité catatonique à l’excitation en une fraction de seconde, si le sourire d'une femme dans la rue ne vous fait plus sourire, si votre cœur amoureux saigne, si les amis ne sont d'aucun réconfort, si vous buvez plus que de raisons, si vous songez  à la drogue, si l'idée de voir brûler le monde en flamme vous fait des frissons de plaisir, alors Pale Horses est fait  pour vous.
A la première écoute, cela peu sembler entendu, ré entendu, surfait. Pourtant, à bien ré écouter, à se donner du mal, on finit par distinguer les dizaines de nuances subtils qui habitent chacune des chansons de l'album. On peut louer le style, comme la composition, l'orchestration ,la qualité de l'enregistrement, du chant, de la production et du mixage, dire que cette pochette d'album est une des plus belle qu'on est vu depuis le début de l'année.  On pourrait dire qu'il y à un je ne sais quoi dans cet album, qui transcende sa facture classique, sans pour autant partir dans l'expérimental, on pourrait dire que ce je ne sais quoi vous pousserais à le ré écouter en boucle en faisant autre chose, pour  imprégnez votre inconscient. On pourrait dire c'est ces voix sensibles, presque blessées, qui déclame en rythme, tantôt hurleuse, tantôt mélancolique et triste, on bien ces instruments jamais faux, toujours juste dans ce qu'ils exprime sans en rajouter, chaque notes compte. On pourrait dire que c'est cette manie de complètement changer de ton à mi chanson, ou encore même cette impression que les chansons on été écrient pour toi.
On pourrait dire tout ça, mais ça serait  un peu de la branlette intellectuelle, et pour ça la presse papier se débrouille très bien sans nous.

Posted in , , , , | Leave a comment

Acronym - June

























2015
Northern Electronics
Bandcamp | Web

Ce bel album est un jolie découpage d'ambiances et de bruits savamment arrangés et orchestré par Acronym. Un Dj ? Un collectif ? Un projet trans média ? On en sait trop rien. On va juste aimer écouter parce qu'il est rare d'entendre des morceaux de techno aussi bien alambiqué, de ces musiques  hypnotiques qui répètent en boucles les mêmes motifs, bardée d'oscillations en tout genre, et juste ce rythme parfait qui fait secouer la tête, mieux qu'un trip sous drogue. L'album connait une monté en puissance tout au long de sa progression (hyper fluide d'ailleurs, facile d'accès) avec des rythmiques et des morceaux parfois juste nostalgique dans le fond, et parfois juste malsain à faire des cauchemars. Ça reste d'un froid polaire, comme sa provenance, mais de ces froidqui abrite les plus beau ciel étoilé de la planète. Un album éclectique dans l'ambiance, électronique et techno de qualité dans le fond et un très bon moment passé à l'écouter plusieurs fois d'affilé pour mieux en saisir l'essence.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Jail - Brain Cream

























2015
Burger Records
Deezer | Spotify

Les glaces venues de Mars envahissent vos oreilles avec la force d'un rouleau sur les plages d’Hawaï, c'est ça l'effet Jail. Le troisième album tout en joie est sortie, et ça sent bon. Ça sent bon quoi ? L'été, la plage, les planches de surfs, la bonne humeur, ça sent la pèche, la simplicité et l’honnêteté pour un album qui perce directement au coeur, ce genre qui donne envie de décoller le cul de sa chaise pour bouger tout seul, danser, se déhancher sur le parquet brûlant de soleil, celui qui donne envie de faire l'amour  à sa copine alors même que la chaleur vous clou au lit, transit de sueur. Ha dieu que c'est bon, de se laisser allez simplement à aimer la musique pour ce qu'elle est, une bonification d'ambiances de la vie en général, de rouler toute fenêtre ouverte en se foutant du reste. Quoi ? il fait chaud ? Ta le slip qui te colle à la raie ? On s'en bat les couilles, écoute ça et dit moi, ose me dire que ça te laisse de marbre, toi !



Posted in , , , , , , , | Leave a comment

Westkust - Last Forever

























2015
Luxury Records
Deezer | Spotify | Bandcamp | Web

Du rrock qui grésille depuis les terres froides de suède, la belle affaire. L'ombre de Sonic Youth n'est pas très loin. Guitare abrasive calibre 11, torturé à l’extrême, presque inaudible dans la note. Une homme, une femme, des rythme punk plaqué sur le shoegaze brûlant les tympans, une basse stakhanoviste et une énergie à alimenter Göteborg pendant l'hiver arctique. Bref, mange ta décharge sonique de trente trois minutes, secoue toi, remue toi, gesticule, comme dit la chanson, et profite, demain, tu auras tout oublier, sinon le souvenir fugace, dans un coin de ta tête, d'avoir passé un bon moment, en ébriété, et puis reprendre la route le matin en fredonnant cet air, mais ou l'ais je entendu déjà ? Merde ...


Posted in , , , , , , | Leave a comment

The Chemical Brothers - Born In The Echoes

























2015
Mercury Records
Deezer | Spotify | Web

Le voilà, il est encore chaud, et déjà, je frémis en appuyant sur play, alléché par un single "Go" à vous faire trémousser sur le dance floor de façon compulsive. Et bien il est là, il est sorti, il est beau, et il envoie gravement des mandales dans ta gueule. qu'on se le dise. Je lis des critiques très unanime sur ce disque depuis quelques jours, j'étais méfiant et excité en même temps.
Déçu ? Un peu, je regrette les structures plus aérienne d'un Further , les mélodies plus alambiquées, plus de guitares et de batterie, moins de beats, à l'image de morceaux comme le lumineux "Radiate" ou bien "Ill see you there", et sa batterie déchaîné
Et pourtant. Difficile de faire la fine bouche quand même, quand chaque titre peut aisément trouver sa place dans un dj set, pourvu qu'on aime danser sur des trucs pas trop marrant.
Avouons que l'ambiance générale de l'album est sombre, vachement sombre, en mode rave party avant la fin du monde. Cet album est quand même le digne successeur de Further, et il complète le virage musicale amorcé avec les précédents album. Taillé pour la piste, sombre, malsain, à l'image de son temps, tel est le nouvel ordre de The Chemical Brothers.
Mais trêve de bla bla, dansons avant qu'il soit trop tard.

   

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Surfer Blood - 1000 Palms

























2015
Joyful Noise Recordings
Deezer | Spotify | Web

Quarante degrés à l'ombre prévue aujourd'hui dans la région ou je travail. Soit l'impression d'avancer dans de la mélasse, avec vos vêtements qui colle à la peau, avec cette sueur qui brûle les yeux, la peau surchauffé et le souffle cours quand j'essaie péniblement d'avaler de grande bouffées d'air surchauffées.
Alors autant se mettre dans l'ambiance tout de suite. au hasard, la Floride, avec Surfer Blood, ce quatuor californien (du coup) fondé en 2009, survivant de la nouvelle vague qui a déferlée sur le monde  musicale au début de la décennie.
Alors, avant que mon cerveau ne coule par mes oreilles, j'aurais au moins eu l'impression d'habiter à Palm Beach.
C'est un groupe calme qu'on retrouve sur ce disque, un groupe qui a su dépasser l'échec critique et commercial de Pythons  en 2013, et qui renoue avec la composition et une certaine qualité dans l'écriture, tout en faisant  un pas de plus vers une certaine maturité. De manière général, l'album reste sage, peu d'envolé, le travail apporté à l'écriture et la composition des chansons trouve écho à nos oreilles dans les dizaines de petit détail à peine décelable  à l'oreille, plus  un vrai travail sur  l'utilisation des chœurs, plutôt réussit.
Finalement, et malgré l'ombre apporté par le cancer du guitariste Thomas Fekete (diagnostiqué récemment d'une forme rare de cancer), on est vraiment en pleine lumière à l'écoute de cet album, porté justeùment, par une forme inconsciente d'espoir pour le futur.

Posted in , , , , , | Leave a comment

Turnover - Peripheral Vision

























2015
Run For Cover Records
Bandcamp | Deezer | Youtube (playlist)

Il fallait au moins la légèreté de Turnover pour faire écho à la nuit de Citizen. Chose faite et bien faite, malgré cette pochette légèrement effrayante, ou une araignée tropicale d'un diamètre respectable se retrouve nez à nez avec une jeune femme en pleine brousse.

De facture bien plus classique que le précédent, Peripheral Vision est de ces albums bon, passe partout, qui laisse cette impression de légèreté, d'espoir teinté de romantisme et d'une douce mélancolie.
Avec toute l'énergie d'un bon groupe qui croit dans sa musique, aec toute la délicatesse d'un artisan qui fabrique des chansons de très bonne factures sans crever d'originalité, avec toute la force du rock teinté de shoegaze et d'un petit peu de  punk (mais pas trop), avec tout l'impact des chansons qui parlent d'un intervalle situé entre la vie et la mort, et avec tout le plaisir que j'ai pris à écouter cet album, assis dans ma chaise, en train de siroter un thé froid à la pèche.

Posted in , , , , , , , | Leave a comment

Citizen - Everybody Is Going To Heaven

























2015
Run For Cover Records
Deezer | Spotify | Bandcamp

Attention à ne pas trébucher sur un lieu commun. J'ai appris à me méfier des groupes qui place le mot "heaven" dans leurs titres, leurs noms ou dans leurs chanson en général. Il n'y est guère de bonne chanson en générale. Si je fais cette introduction un peu téléphoné, c'est bien sur pour dire que Citizen ne fait pas parti de ces groupes mauvais (en général) mais pas non plus des plus géniaux.
La force de cet album réside dans son coté doux/amer. Alternant compositions énervées lardées de basses énormes et des chansons plus tranquille, presque des slows. La seconde, c'est cette ambiance un peu malsaine qui se dégage de l'album. Ravie de pouvoir dire que l'album est assez original pour être cité, je peut aussi affirmer que le paradis dont on vous cause ici n'est qu'un rideau de fumé qui dissimule un enfer froid et tranchant. Une longue pente glissante dont chacun de nos gestes pour ralentir la chute n'est qu'un répit futile avant la chute final, inéluctable. A citer des groupes ou des genre, histoire de pas y allez en aveugle (bien que fortement recommandé), je dirais qu'il y à un poil de Killing Joke, un peu de cold wave/ shoegaze et beaucoup d'ambiances sombre, façons d'enfoncer le clou, ici, le paradis est une chimère après laquelle on trotte toute sa vie. La musique de Citizen est froide, comme la vision de la vie du groupe. On est dans de l'hyper pragmatisme, pas de place au divin. Dieu est mort.
Bienvenue.

Posted in , , , , , , , | Leave a comment

The Cribs - For All My sisters

























2015
Sonic Blew
Deezer | Spotify | Web

Et bien finalement, après de longues recherches (j’exagère à peine) , je vient de le trouver, mon groupe idéal de l'été. Je l'aurais découvert au coeur d'un hiver glacial, sans doute que je n'aurais pas accroché autant. Mais tout est réunis pour que ça colle. C'est l'été, je peut porter des shorts, je bois des bières en lézardant au soleil et j'ai les doigts de pieds en éventail. La musique étant aussi affaire de circonstances, ce groupe ne  pouvait que me plaire, là tout de suite.
Finalement, The Cribs, c'est juste un groupe de rock comme les autres. Enfin j'avoue qu'ils sont doué les petits salaud. Non pas que ça fleur bon l'originalité, ici point de ça.Un trio basse/guitare/batterie, la base, une  musique rugueuse mais accessible, porté par un chant un peu pop superbe. Une composition léché et diablement bien foutu (qui saccage allègrement l'héritage Grunge, et c'est pas plus mal). Bref, un bon groupe de Rock dont la moitié de l'album est composé de tubes calibrés pour être écouter sur la routes des vacances, surtout celles qui finissent sur la plage, entièrement nue, avec le bruit des vagues et le rire des femmes en ambiance sonore. C'est presque putassier dans sa manière accrocheuse, et on s'y laisse prendre avec plaisir, d'autant plus qu'avec la tripoté de groupes moins bons qui traînent en ce moment, on y trouve vite son compte.
Alors vive ces chansons qui sont autant d'hymnes à l'excellence, à ces rythmes déjà entendus, certes, mais bien joués, à cette guitare saturé qui change de rythmes sans prévenir, a cette basse discrète qui cimente les morceaux, accompagné d'une batterie polissonne qui s'amuse avec l'auditeur. Et au diables le reste, parce que c'est trop  bon.
Je vous invite fortement à visionner la version live de "Pink Snow" (deuxième vidéo) pour bien vous rendre compte de l'ambiance générale du disque et du talent que dégage le groupe en live comme en album.

Posted in , , , , , | Leave a comment

Kölsch - 1983

























2015
Kompakt
Deezer | Spotify

Ha qu'il est bon le danois de Kölsh. J'avais adoré son précédent album 1977, preuve déjà, s'il en fallait d'autre, de l'immense talent du compositeur. Passionné par une  musique flirtant avec une techno classieuse et une house music racée, l'homme n'a rien changé à son concept ni à sa recette secrète pour pondre, aussi peu de temps après son prédécesseur, une suite.
Puisque c'est bien d'une suite qu'il s'agit. 1983 , le titre fait un peu peur, et j'imaginait déjà le genre de musique rétro/futuriste à la Kavinsky. Après tout, on est jamais à l'abris d'un dérapage. Mais j'avais vraisemblablement perdu la fois durant quelques secondes avant de cliquer sur play et de prendre ma claque.
Pas d'inquiétude à avoir ici, on est bien dans le haut du panier, on est bien en face d'un grand disque de musique électronique qui claquera aussi bien en ambiance de soirée que sur  un dance floor.
Difficile de mettre des mots pour décrire un son, c'est vraiment le disque qui s'écoute plus qu'il peut se lire, tandis que j'enfile mes gants pour rouler la nuit jusqu'au petit jour avec cet album à fond de balle dans la voiture.  On le dit moins riche que son prédécesseur, je ne suis pas d'accord. Légèrement différent, il l'est, moins aérien peut être, plus ancré et taillé pour la piste, plus aérodynamique et nerveux, mais toujours tellement bon !

Posted in , , , , , | Leave a comment

Stevhen Peters - Stevhen Is Here And Not Here
























2015
Bandcamp | Facebook

Mais si, on en avait déjà parlé l'année dernière avec son précédent album sous le pseudonyme de Shopping Spree, Workout Clothes, et on avait beaucoup aimé d’ailleurs !
Stevehen est de retour un ans plus tard avec ce nouvel album plus personnel, plus calme et mieux structuré que son prédécesseur.
Exit l’abus de pédale loop, place à un son légèrement plus propre, mais pas trop non plus. On reste dans le domaine du DiY, Stevhen est à la fois auteur, compositeur, musicien, chanteur.
Ce natif de Portland  à très peu changé sa recette gagnante. Chaque titre est une petite pépite musicale. La voix, fragile, menace de se rompre à n'importe quel moment, elle se fait à la fois coeur et intruments, fragile mais pas  inaudible, chuchotante, vaporeuse, elle sublime, comme toujours, une musique simple dans sa conception mais forte dans son interprétation. Une guitare, une  boite à rythme, une pédale de loop, un micro, et un talent fou pour ce jeune américain sans ambition aucune sinon de produire une musique à l'image de ses propres sensations sur le monde pour  nous les faire partager. Ecouter un album de Stevhen Peters, c'est voir le monde d'un autre point de vue, celui de son auteur. Parfois drôle, cocasse, souvent triste et un peu blasé, à l'image de cette nouvelle générations de musiciens qui préfèrent largement le confort d'un home studio bricolé  à la maison, qui font des concerts pas loin de chez eux, dans des petites salles, et qui préfèrent  encore gardé leurs talents et leurs cotés uniques intact plutôt que de se faire vampiriser par le circuit traditionnel.
Un dernière preuve, si'il en fallait encore une après l'écoute de cet album, c'est son prix : Rien, ou plutôt, donnez ce que vous voulez, et pour les plus fans d'entre eux, une éditions limité en cassette audio est disponible sur la page merchandising de sa page bandcamp.
Bonne soirée douce/amer.


Posted in , , , , | Leave a comment

Blick Bassy - Akö

























2015
No Format! records
Deezer | Spotify | Web

Quelle jolie découverte que cet album. Sans franchement entré dans mes coup de coeursd, j'ai été agréablement surpris à son écoute. charmé par ce mélange de Folk, de Jazz et de Blues et ses harmoniques africaine, ce chant ancré à la fois dans ce Cameroun des racines, mais aussi dans toute le splendeur d'un été à la Nouvelle Orléans, accompagné du concert des Trombones, du Violon et du Banjo. C'est de la bonne, c'est frais et ça vient de là bas.


Posted in , , , , , | Leave a comment
The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.