Archive for May 2015

Cheerleader - The Sunshine Of Your Youth

























2015
Bright Antenna Records
Deezer | Spotify | Soundcloud | Web

En ce moment, s'il n'y avait qu'un album à écouté sur les routes ensoleillées et surchauffées, je conseillerais celui ci. Le premier album des américain de Cheerleader, originaire de Philadelphie,  sort sur Bright Antenna Records (The Wombats, entre autres) et vient doucement squatter les oreilles en recherches de légèreté et de bonne chansons.
Ici, rien de bien nouveau sous le soleil estival, une poignée de titres pêchus lâchés en guise d'introduction (le duo "New Daze" et "The Sunshine Of Your Youth" posent les bases), et puis la suite qui oscillera entre guitare électriques et acoustique. On y parleras d'amour, de soleil, de route, de destin, et de tout un tas de choses assez classique, finalement, dans ce genre d'album fait pour séduire un public jeune, plutôt. Musicalement, l'album ne sort jamais des clous, les compositions sont hyper propre et respecte les format radiophonique, la production à été aux petits oignions et chaque chanson calibré pour plaire au plus grand nombre.
Alors quel intérêt ? Se demandera le lecteur avertit. Et bien finalement, juste celui d'écouter de bonne chansons Indie/Rock, qui, même si clichés, n'en restent pas moins très bonne, comparé à la masse de choses merdique que j'ai pu écouter dans ce style. Cheerleader à un petit gout de revient y, son format court (37 minutes) lui permet d'être écouté rapidement sans se lasser, et sa palette de sentiments ratisse large, et donc plaira au plus grand nombre de gens.  C'est certain qu'on à déjà entendu ça au moins  une fois dans sa vie,  mais quand c'est fait avec talent, , j'estime qu'on peut bien se laisser allez sans bouder son plaisir.




Posted in , , , , | Leave a comment

Blanck Mass - Dumb Flesh

























2015
Sacred Bones Records
Deezer | Spotify | Bandcamp | Web

Il y a un petit arrière gout de rave party en enfer dans ce dernier Blanck Mass. Là ou son prédécesseur se contentait d'être un jolie petit album de musique ambiant sans grandes ambitions ni saveurs, ce petit dernier, rejeton maléfique d'un DJ damné et condamné à jouer pour l'éternité dans les contreforts du Styx dans une danse macabre. C'est de la chair qu'il est question, de celle qui s'entrechoque dans des pièces fermées sur des rythmes syncopés, collante, moite, en sueur et en transe, celle qui transpire sous l'effet de masse, de l'alcool et de la drogue. De cette chair si faible au vice et si forte et prompt à répandre le mal.
C'est un album à la techno malsaine, presque sale, bien qu'on soit loin du français Mondkopf (Dans le style comme dans la violence), mais qu'on s'en rapprocherait dans l'ambiance, presque. Tout sent bon la dépression, le malaise et le vice. Une bande son idéale pour arpenter ces quartiers mal fréquentés (on en connait tous), pour se prendre au jeu des lumières au sodium que nous renvoie les vitrines des magasins fermés, pour frissonner devant  un attroupement suspect le long d'un couloir, pour sentir ces effluves de  poubelles, de vomis, de crasse, de sueur, ces seringues qui craquent sous nos pieds et ces appartements sordides  ou des groupes de camés tentent d'attendre le nirvana aidés d'un cocktail chimique hyper-puissant. Déprimant et angoissant, mais beau.


Posted in , , , , , | Leave a comment

And So I Watch You From Afar - Heirs

























2015
Sargent House
Deezer | Bandcamp | Web

Rendons grâce au retour de ASIWYFA (fichtre!) avec la sortie toute récente de leurs dernier album, le tonitruant et profond HEIRS. Faisons fi du nom à rallonge pour nous concentrer sur la musique. J'avais déjà parler du groupe au moment de leur précédent album, une belle découverte oscillant dans l'équilibre entre math rock et post rock, avec ce chant crié dans un déluge d'échos. Et bien la même. et par la même, j'entend : c'est la même chose qu'avant. Noter que je vais pas me  plaindre, je suis  un grand fan du genre. Les titres de tout l'albums sont déconstruit, les changements de rythmes très  nombreux, les guitares complètement folles, la basse lourde et grasse.
Même recette et même succès. On notera  un petit coté  un peu plus accessible que précédemment, moins d’expérimentations, plus de techniques, plus de chant, même quand il s'agit juste de suivre la  musique avec des chœurs. Retour gagnant  pour le trio anglais qui à déjà booké une grosse tournée en Europe jusqu’à la fin de l'été.


Posted in , , , , | Leave a comment
The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.