Archive for September 2014

Stardeath And White Dwarfs - Wastoid

























2014
Federal Prism
Deezer | Spotify | Web

Vous prendrez bien un peu de drogue avec votre café monsieur ? Volontiers, aurais je répondu à l'habitude, mais ce matin, je vais plutôt écouter le dernier album de Stardeath And White Dwarf, ça sera comme un trip par procuration. Merci  tout de même jeune homme. 
L'autre retourna à son écoute des Flaming Lips sans plus  un mot. 
Le premier homme termina son café et se plongea dans l'écoute de l'album. Avec les introductifs et saisissant ("Hate Me tomorrow", "Birds Of War") , on retombe un peu à plat au milieu de l'album . SDWD exploite tout les cliché du genre, des guitares aux arrangements alambiquées, des voix lointaines et caverneuses, quelques affest de fuzz pour se démarquer, quand même, jusqu'a toucher du doigt le  proto métal.
La chanson qui se détache le plus du lot est finalement le duo avec les Flaming Lips, sur "The Screaming". Les quelques arrangements apporté par les grands frères sublime la chanson et en font  une pièce maîtresse de l'album, et un vrai cas d'école, une chanson que n'aurais pas renier des plus jeunes comme Tame impala ou même ce petit génie de Sean Lennon. 
Quoique le Sean, il aurait peut être préféré "Luminous Veil" et ses arrangements digne du groupe de papa. Une ballade douce et pleine d'espoir, bienvenue après un début d'album marqué par un certain pessimisme. 
De manière général, l'album est bon, et malgré le fait qu'on ai surement déjà entendu ça à plusieurs reprises, je boude pas mon plaisir de repartir à l'écoute de cet album. La musique, tout comme le chant, sont de qualités et se laissent facilement aborder. Un groupe qui continue sont petit bonhomme de chemin et qu'on recroise avec plaisir de temps en temps, comme un vieux pote qu'on à pas vu depuis des années. 


Posted in , , , , , | Leave a comment

Stacadian - Saturdaze EP
























2014
Unsigned
Bandcamp | Spotify | Soundcloud | Web

Deluge de claviers vintage, sonorités 80's percutante assumées, dance music qui ne se prend pas au sérieux, mais classe. Jusque dans l'artwork en affiche de film pour le coté bande originale qui s'en dégage.
Rétro mais futuriste, c'est la mode, on vas pas s'en cacher. Même (et surtout) en musique. Alors oui, l'américain derrière Starcadian exploite à fond les clichés du genre, reprenant des vieux thèmes d'émissions des années 80's pour les rebalancer à sa sauce. Et c'est réussis, très réussis, chacune des six chansons de cet EP dégage une énergie incroyable, et on à très envie de passer ces chansons à la prochaines soirée entre potes, histoire de faire transpirer un peu tout ce petit monde. Mais bref, ça s'écoute plus que ça ne se parle, évidemment, et je vous invite avec insistance à écouter ce mini album, c'est vraiment pas du temps de perdu, et ça donne très envie de danser comme un idiot devant son écran, un peu comme moi tout à l'heure.


Posted in , , , , , , | Leave a comment

Marketa Irglovan - Muna
























2014
Anti/Epitaph
Deezer | Spotify | Web

Digne d'une bande originale de film, le deuxième album solo de la jeune musicienne et soliste tchèque se démarque du lot par  une sensibilité et une douceur exacerbés. Tout au long des cinquante et une minutes de l'album, les talents de la pianiste ne cesse de m'étonner, cette force tranquille et cette capacité à émouvoir l'auditeur me laisse pantois. Et même si certaines chansons traîne parfois en longueurs, on ne saurai critiquer la voix unique et les harmonies, arrangement et composition qui parsèment l'album du début à la fin. C'est beau, c'est souvent triste, mais c'est presque tout le temps réussi et ça augure le meilleur pour la suite de la carrière de Marketa Irglovan. A suivre.

Posted in , , , , | Leave a comment
The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.