Archive for July 2014

Lawrence English - Wilderness of mirrors
























2014
Room 40
Deezer | Spotify | SoundcloudWeb

Il y a un peu de Tim Hecker là dedans, c'est le premier nom qui m'est venu à l'écoute de ce Wilderness of Mirrors. Si je dis ça, c'est histoire de situer. J'aime la musique ambiant, parce qu'elle peut être tellement expressive quand bien composée, il n'y à que la musique classique qui puisse retranscrire aussi bien une émotion.  Ici, on est sur un concept album, grosso merdo, écrit en s'inspirant de la désinformation pendant la guerre froide. On est sur un flux tendu, à la veille de l'affrontement des deux blocs, le doigt chatouillant dangereusement le bouton nucléaire.
Qu'elles seraient nos pensées à ce moment  là ? Qu'est ce que l'on ferait ? Vivre intensément dans la crainte que votre vie s'achève dans un flash éblouissant, ou bien fuir le danger ? Tenter de revoir ses proches, sa famille ? Dire la vérité ? Se convertir ? autant de questions qui ont du passer par la tête de nos parents et qui passeront  par la votre à l'écoute de cet album.
Si je devais mourir demain, que ferais je ?


Lawrence English - Wilderness Of Mirrors from ROOM40 on Vimeo.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Bob Mould - Beauty & Ruin
























2014
Merge Records
Deezer | Spotify | Web

Non je connaissais pas Bob Mould avant cet album (le quatorzième), je ne connais pas sa discographie, ni ses groupes annexes. J'apprend que c'est un pote à Dave Grohl, qu'il à inspiré Nirvana, les Pixies, Sonic Youth et Dinosaur Jr, rien que ça. Par contre, cet album me donne furieusement envie de fouiller dans la discographie du monsieur. L'album ? Ho bah, un album de pop-rock 90's honnête, bien composé et pas chiant, qui bouge pas mal, qui louvoie entre les clichés du genre, le truc qui donne irrémédiablement envie de secouer la tête, qu'on se repasse volontiers en boucle tant il regorge de pépites pleine de bonne humeur.
On me signal dans l'oreillette que que si je veut explorer la discographie du bonhomme, il faut que je m'y mette tout de suite, parce que c'est une tuerie.
A bientôt.




Posted in , , , , | Leave a comment

Taulard - Les abords du lycée
























2014
Taenia solium
Bandcamp | Web

Taulard, ça serais le coté sombre de Fauve, à titre de comparaison, peut être ? Alors là pour le coup, des adolescents nous parle du malaise adolescent, on est en plein de temps, et qu'on se le dise, ça sera cru et dur, bref et  intense, vrai à s'en boucher les oreilles. 
C'est qu'il on la rage, Taulard, mais intelligemment. Pas de cette frénésie punk, mais  punk dans l'âme, la seul façon de l'être. C'est DiY à fond, le son est pas terrible, une batterie, une basse et un clavier un peu cheap, mais l'envie, la rage, et le glock braqué face au monde.
Tout y passe et presque, l'amour, la mort, le sexe, l'alcool, tout ces trucs d'ados qui font flipper les parents. Un rejet total ou presque, l'envie de tout envoyer foutre en l'air, l'école qui étouffe, les parents trop cons qui comprennent pas que notre génération est mature de plus en plus tôt, cette génération qui fusillera la précédente pour les remercier de la merde dans laquelle ils l'ont  mis, sans l'ombre d'un regret. 
C'est aussi cette fille si belle qu'on est près  à se trancher les veines dans la baignoire, le sourire aux lèvres, les larmes aux yeux. Ces mêmes yeux plein d'espoir et de grandeur qui regarde les navire sortir du port et partir pour l’Amérique, ou l'on se sent  un peu comme Tocqueville. Les rêves brisés qui s'accrochent à nous comme des boulets.
Mais parfois aussi, le sourire, parce que les potes, parce que les filles, parce que soirée, alcool, sexe, parce que lever son poing vers la lune en hurlant vaut  bien mieux qu'une thérapie trop chère et  inutile. 
Parce que Taulard est le meilleur groupe français de l'année.





Pays/territoire : Grenoble, France
Posted in , , , , | Leave a comment

Flamingo Pudding - Geogacca
























2014
Bandcamp

Il n'y à pas grand chose à dire. Un mec qui s'emmerde décide de reprendre tout l'album Geogaddi de Boards of Canada armé de sa seul voix. Le résultat est surprenant, étrange, et peut être pas forcément facile d'accès. Toutefois, on va saluer la performance (l'album à été enregistré en une seule session de 36 heures) et aussi un peu le talent (chaque instruments à été remplacé par un bruit à la bouche, copié et collé, modifier, triturer dans un esprit DiY assez fun). C'est pas l'album de l'année, ni même quoi que ce soit d'autre, mais rien qu'une fois, cette OMNI vaut le détour.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Fu Manchu - Gigantoid
























2014
At The Dojo records
Deezer | Bandcamp | Web

Il y aurait un poil de pédales fuzz dans cette musique que ça ne m'étonnerais même pas. Les petits princes du Stoner sont de retour après cinq ans d'absence. Cinq ans mis à profit pour tourner, boire de l'alcool, tourner, boire de l'alcool, faire de la pub, vendre le groupe, et tourner, tourner jusqu'à en crever.
Alors  là très clairement, on est dans le basique, le brut, le son gras qui tache, celui qui fait saigner les oreilles, en concert, m'voyez ? Grosses guitares, Grosse basse, grosse batterie, du lourd, du lourd, du lourd qui sent la bière et le tabac froid, un truc un peu primaire, qui donne juste envie de jouer le plus fort possible et de headbanger en rythme pour expier tout le reste. Soit trente huit minutes de pur bonheur qui donne envie d'écraser la pédale d'accélération et tout ce qui se présentera devant votre véhicule. 
Les plaisirs les plus simples sont parfois les meilleurs.

Posted in , , , | Leave a comment

Kasabian - 48:13
























2014
Columbia
Deezer | Spotify | Web

Il y a quelque chose de pourri dans le royaume d'Angleterre. La moyenne garde du renouveau du Rock britannique a du plomb dans l'aile, non, en fait, elle est carrément en train de s'écraser, et ça sent la merde.
 Alors qu'est ce qu'on à là ? Une pathétique tentative pour amuser les foules en produisant (en sous produisant) un pseudo disque. Une chose qu'on ose qualifier d'album un peu partout. Cet infâme étron ne mérite pas qu'on s'y attarde, sa rubrique nécrologique à été amplement  été écrite à travers des centaines de chroniques dans des centaines de blogs et sites spécialisés. Il n'y à guère que les Inrock pour aimer ce disque, en France. Vous avez dit vendu ? Moi je constate, c'est tout. Ce disque est au moins aussi inspiréque sa pochette, pour une fois qu'on ne nous ment pas sur la qualité du produit, on ne vas pas se plaindre.
Tout y passe ici, du pseudo rock psychédélique (préféré Jagwar Ma pour le revival Madchester) du pseudo hip hop (Dj Shadow c'est le bien) et un coté faussement épique, artificiel (un peu comme Primal Scream, mais en très mauvais, genre, tu vois?) qui donne envie de gerber. Bref Kasabian empreinte le chemin maudit que bien des groupes pourtant talentueux au départ ont empruntés, je pense à Coldplay, Muse, U2, pour ne cité qu'eux. 
Après cet album, je donne pas chère de Kasabian, et l'avenir dira si j'ai raison. Je suis confiant en moi.


Posted in , , , , , | Leave a comment

Klaxons - Love Frequency
























2014
Because Music
Deezer | Spotify | Web

On m'avait prévenu, le nouvel album de Klaxons risquait de me surprendre.
A défaut de surprise, j'ai eu la désagréable impression d'entendre des chansons que j'avais déjà écouter. Alors, ne voulant pas partir sur une mauvaise impression, je me suis un peu acharné et je l'ai écouté en boucle, pendant une  journée. 
Rien à faire, toujours cette  impression tenace d'une perte monumentale d'inspiration, rien à faire non plus contre l'ennuie qui s'installe peu à peu à l'écoute de l'album, tout cela se ressemble beaucoup trop. On peut parler d'un virage électronique, ici les claviers et les boites à rythmes on la part belle. Il ne reste plus rien des Klaxons que j'ai découvert et aimés avec Surfing The Void,  terminé avec ces chansons inspirées, ces guitares nerveuses et grinçantes, envolées. Cet album est tout sauf bien. sur produit, surjoué, calibré pour les radios et la télé, Klaxons sacrifie tout ce qui faisait son originalité pour un album grand  publique, sans saveur, fade à souhait, aux hymnes discoïdant mous et pop rock à minette tout juste bon à faire mouiller la culotte des collégiennes dans une discothèque de province.
Evidemment, des tubes comme "New Reality"  ou "There is no other time" vont provoquer de massifs mouvements de foule dans les festivals cet été, mais le cœur n'y ai plus, Klaxons est devenu un putain de boy's band.


[LIVE] Klaxons "There is no other time" par franceinter

Posted in , , , , , | Leave a comment

Greyhound - Long Story
























2014
Autoproduit
Deezer | Bandcamp | Web

Derrière ce sympathique disque se cache Clay Whipkey, producteur et musicien indie et émo originaire d'Austin, au Texas. Disparus de la circulation depuis dix ans, il revient sur le marché avec cet album, Long Story , manière d'expliqué pourquoi il fut absent. Ça parle du temps qui passe, et beaucoup d'amour et de sentiments. Musicalement, rien de nouveau sous le soleil, c'est un très bon disque de folktronica, vraiment très bon, c'est subtil, c'est doux, ça s'écoute et ça se boit comme un bon vin et c'est parfait pour chiller, si seulement ce putain de soleil voulait bien se montrer !

Posted in , , , , , | Leave a comment

Shopping Spree - Workout Clothes
























2014
Bandcamp | Facebook

"Pop clichés looped and layered with a shitty voice" C'est ainsi que Stevhen Peters décrit la musique qu'il compose. Cet artiste confidentiel enregistre, compose, et mixe à domicile. Son dernier album Working Clothes dure un peu moins de trente minutes et ne sortiras physiquement qu'en cassettes audio à tirages limités. Pour le reste, il est disponible en téléchargement gratuit sur la page bandcamp du musicien.
Là ou on aurait pu trouvé un combo guitare voix des plus classique, Stevhen décide de casser les codes et de composer un vrai album de pop éclairé et brillante. Brillante oui, et je le maintient. Dans un pur style DiY, quelques nappes de synthés, une boite à rythmes arythmique, une pédale loop et une guitare électrique douce et inspirée suffisent à composer les meilleurs chansons de pop lo-fi depuis Parsley Sound, il y à dix ans de ça. 

Posted in , , , , , | Leave a comment

Baby Guru - Marginalia





























2014
Inner Ear
Bandcamp | Deezer | Spotify | Web

Visiblement, la crise économique et la montée des extrêmes en Grèce n'a pas entamé l'inspiration de Baby Guru. Il devient trop rare de trouver de bons groupes alternatifs/indie capable de faire de belles chansons d'amour pleines de spleen, orchestré avec brio, touchant un peu à tout les genres. On croirais parfois entendre l'esprit de David Bowie (Explain) , tandis que d'autres chansons se font parfois plus rock dans le refrain (Two Days Ago).
Et toujours cette impressions que Baby Guru possède LE son calibré pour les festivals, celui qui, à la nuit couchante, sirotant une bière coupée et hors de  prix, on décide que finalement, tout cela n'est pas si grave, après tout, la musique est bonne, l'esprit endormis se réveille juste ce qu'il faut pour apprécier le son, et puis il y à les potes qu'on à pas vus depuis longtemps, et puis tout cela est cool et intemporel, alors merde, la musique de ces grecque est cool, vraiment cool, et comme ça s'écoute mieux que ça se décrit ... :

Posted in , , , , | Leave a comment

Sleepmakeswaves - Love of Cartography
























2014
birdsrobe records
Bandcamp | Web

Dire que j'attendais cet album serait un doux euphémisme. J'ai tellement écouté le précédent que je suis capable de siffler l'air de chaque chansons, ou de le chantonner au pire. Avant SMW, je n'avais qu'un amour distant pour le genre rock progressif / post rock / instrumental. Après SMW, j'ai été pris d'une frénésie intense, presque sexuelle pour tout ce qui pouvais se rapprocher de près ou de loin au genre. Ce groupe est arrivé, et sans aucune forme de préliminaires, ma jouis dans le cerveau de la plus belle des façons : tout à fait par hasard.
Le talent déployé par ses quatre australiens me laisse pantois, tout comme la qualité de leurs orchestrations et de leurs compositions. Cette musique, qui n'est pas chanté, arrive à retranscrire de puissantes émotions sans l'artifice de la voix. La musique qui se suffit  à elle même est de loin la meilleur.
Alors certes, cet album est sans doute un poil moins brillant que son prédécesseur, mais j'ignore si cela est du à l'attente depuis 2011, qui du coup entraîne  une légère déception, ou bien si je suis totalement  objectif.
Au pire, tu t'en fout surement.
On retrouveras quand même ces synthés caractéristiques, comme sur "Emergent", un morceau de bravoure épique de huit minutes qui monte petit à petit en tension et s'en vas exploser dans un torrent math rock qui laisse sur le cul. Maîtrise technique, professionnalisme, tout est bon, chaque  notes est à sa place.
Sleepmakeswaves enterre IWYFA, enterre Frames, enterre Oceansize. Un album épique et qui fait voyager, qui exploite les codes du genre sans être cliché. Peut être au final, un poil trop lisse , mais c'est bien peu de chose face au reste.



Posted in , , , , , , , | Leave a comment

Kings - I Trust The Hound Are Hungry EP

























2014
Bandcamp | Web

Formé sur les cendres du groupe Shields, Kings, soit cinq mecs originaires de Leeds, UK, lâche leur premier  EP sur internet, et on doit bien admettre que ça dépote un max. Avec une voix qui rappelle furieusement Black Sabbath, une énergie pioché chez le plus lourd du genre garage et des riffs emprunté à Iron Maiden.
Amateur de musique Hard Rock, bonheur assuré, les autres, peut être moins, mais qui s'en souci, quand les riffs trouve le chemin de vos oreilles, passe dans votre cerveau et font vibrer le squelette de votre corps tandis que vous êtes condamné  à remuer la tête, au minimum, en écoutant ce disque.

Pays/territoire : Leeds, Yorkshire de l'Ouest, Royaume-Uni
Posted in , , , , , , | Leave a comment

Dead Fader - Blood Forest

























2014
Robot Elephant Records
Bandcamp | Deezer | Soundcloud

Holy Shit, je n'avais pas vibré autant à l'écoute d'un album de musique électronique depuis le dernier Boards Of Canada, avec lequel Dead Fader partage un amour des machines vintages et des ambiances douces-amers.
Une seule écoute ma suffit pour prendre la mesure du talent de composition du DJ anglo-allemand, ainsi qu'une bonne claque dans la gueule. 
On ne serait écrire à quel point l'album part dans tout les sens, "Emclod" en guise d'introduction donne le ton avec ses nappes de claviers et ses boucles vintages tristes, mais "In Cover" la suivante, semble calibré  pour une rave party cauchemardesque. Et puis encore d'autres, comme ce "Dettol" , pièce centrale de l'album qui rappelle furieusement ... Boards Of Canada
Si la filiation est évidente, parfois un peu trop, Dead Fader rebondit habilement avec ses rythmiques syncopé et tribales, et empêche ainsi qu'on taxe sa  musique de copie des aînés de Warp Records. 
Bon, ça ressemble à du BOC sans en être, certes, mais il serait réducteur de se laisser allez à une simple comparaison. Une piste comme "Blood Forest" ne laisse pas indifférent avec son beat proto-techno et ses nappes de synthés courant de manière triste et mélancolique. Car ce qui fait la force de l'album, c'est cette sensation que les pistes on toujours le cul entre deux chaises, on est constamment en train de se demander si cette piste est triste ou non, et quelle type d'émotions passe dans la musique. 
Un premier album réussit et méritoire qui plaira sans aucun doute aux amateurs d'IDM et aux néophytes, à ranger soigneusement dans sa collection de vinyles (pour 15 £ seulement plus les frais de port) et un artiste à suivre avec attention.






Posted in , , , , | Leave a comment

Hildur Gudnadottir - Saman





























2014
Touch
Deezer | SpotifyWeb

Hey, vous n'aimez pas l'été, il fait trop chaud pour vous ? Allez donc jeter une oreille sur le dernier album d'Hildur Gudnadottir. Cette islandaise sait interpréter, armée de son violoncelle et de sa voix (et quelques effets) de splendide petites pépites d'hiver brute. Froid et mélancolique à souhait et en total contre-pied avec la saison.

Posted in , , , , | 1 Comment
The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.