Archive for April 2014

Tuomas Holopainen - The Life And Time Of Scroodge
























2014
Nuclear Blast
Deezer | Spotify | Web

Dans le milieu, c'est ce qu'on appelle un OMNI (objet musical non identifié), ou la lubie de Tuomas Holopaienen, la tête pensante et claviériste de Nightwish, de créer une bande son à la bande dessiné de Don Rosa, l'un des mes auteurs préféré de d, qui publia dans les années 90 une histoire en douze chapitres intitulée "The Life And Time Of Scroodge Mc Duck". Traduit en français sous le titre "La grande épopée de Picsou". Soyons honnête, j'ai cru à un fake, et j'étais  particulièrement suspicieux qu'on tripote  l'une de mes bd favorites. N'étant pas non plus, à la base, un grand fan de Nightwish, mais sachant reconnaître le travail de composition et le niveau des musiciens, tout de même.
Sauf que, sauf que, une fois l'album lancé, j'ai pris une claque, puis une autre quand  j'ai cliqué sur replay, puis une à chaque fois que j'ai écouter l'album. On est en présence d'une vrai BO, honnête et puissante, vision certes personnel de l'auteur, mais qui dénote un vrai travail, une vrai passion et qui fut adoubé par Don Rosa himself, qui dessina  la pochette de l'album à la demande du musicien.
















Les pistes se concentre sur les moments marquant de la bd. La première chanson, avec ses sonorités écossaises, traite bien sur de la jeunesse de Picsou à Glasgow, tandis qu'il vivait pauvrement avec sa famille, chassé de ses terres par un clan rival. Le chant même se veut un hommage car  il est chanté en gaélique, une langue écossaise ancienne, qui sonne délicieusement vrai et authentique. Et l'histoire déroule à nos oreilles ravis. "Into The West" et son gimmick de banjo traite ainsi la période américaine de Picsou, qui, jeune, débarque en Amérique pour faire fortune, multipliant les rencontres avec des personnages insolites et fort en gueules qui vont petit à petit construire la grande  imagerie de Picsou et rajouté des pierres à cette mythologie. Et il en vas ainsi de tout l'album, jusqu’à cette liberté prise par l'auteur d'imaginé Piscou, dans son lit, à la veille de sa mort, se remémorant sa vie et son oeuvre, dans un "Go Slowly Now, Sands  Of Times"  poignant, un final à la hauteur du personnage. Et sacré personnage, Picsou à vécu mille vies, il à voyagé à travers tout le globe, ces aventures l'ont marqué, usé, il est passez dans l'age adulte d'une façon aussi rapide qu'il le fallait pour survivre dans un monde encore sauvage et impitoyable. Aussi l'album est il à la hauteur, les morceaux possèdent un coté épique qui sied parfaitement à l'aventure hors norme qu'il illustre, d’ailleurs avec brio.
Si la vision de TH reste avant tout personnel, elle n'en est pas moins excellente, et mérite qu'on s'y attarde, ou qu'on  y plonge les yeux fermés, mais elle vaut, dans tout les cas, un détour curieux. Cela étant dis, je ne serais trop vous conseiller de l'écouter, quand à moi, je vais relire, pour la centième fois, les aventures du jeune Balthazar Picsou.

Lire une interview de Tuomas Holopaienen par l'équipe de Nightwish Webzine Fr Ici.

Posted in , , , , | Leave a comment

Frameworks - Loom
























2014
Topshelf Records
Bandcamp | Web

Abattu, triste, et rongé par de sombres pensées, il est difficile de se hisser au dessus du niveau de l'eau. Surtout quand on commence à y trouver  un certain confort, dans cet états d'esprit. Des fois, on ne veut pas être sauvé, être triste nous donne  une raison pour exister, cela justifie nos absences, nos colère, cela nous donne une excuse pour être odieux, cynique, et atroce avec  notre entourage tout en nous faisant croire qu'on est dans  notre bon droit, parce que ce sont les autres qui sont responsable de vos malheur, quand ce n'est pas  la terre entière. Et parfois même, ce sentiment de malaise ne trouve pas d'explication rationnel. Alors que le simple fait que l'autre soit heureux nous donne des envie de meurtres , tandis que, les poings et la mâchoire serrée, vous accélérez le pas tout en augmentant le son de la musique qui hurle à vos oreilles, vous vrille les tympans, mais vous isole du reste. Parce que le bonheur vous semble parfois  insupportable, et que vous glissez, d'années en années, plus près de la folie, le sourire, finalement, revenu sur votre visage.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Zeromancer - Bye Bye Borderline
























2013
Trisol
Deezer | Spotify | Web

J'ai pas écouter les autres albums, je tient  à le  préciser avant de commencer, histoire de dissiper les malentendus. J'ai pas écouter et j'ai pas vraiment envie, c'est juste qu'un jour, je suis tomber dessus, l'année dernière, et que depuis, il m'arrive de le ré écouter régulièrement, surtout le soir, tard, et ce soir, donc.
J'ai lu pas mal de commentaire un peu déçu sur cet album, par rapport aux précédents, une fois de plus, je n'en sais absolument rien. Le fait d'aimer un album dépend de la sensibilité de chacun, moi, je l'ai aimé, tout content d'avoir découvert ce groupe, et peut être qu'un jour, je vais écouter les autres et m’apercevoir des faiblesses de celui ci.
Mais j'en doute sincèrement, l'album avec lequel on découvre un groupe reste toujours à part dans nos coeur. C'est pour ça que j'aime "With Teeth" de NIN, ou "The Chronicles of Life and Death" de Good Charlotte, je les aime sincèrement, différemment, mais je les aimes quand même. 
Aussi, il est bon de se rappeler que la musique est  toujours une histoire de ressenti, avant tout. Avant d'analyser la musique, de décrypter les paroles, ce qui frappes en premier, c'est l'émotion brute qu'il vous  procure, toujours.
Cet album ma beaucoup plut, énormément même, ce mélange d'indus et de clavier cold wave, ces pianos intempestif, parfois kitch, ouais oauis, kitsch. Ces ambiances sombre ou malgré tout l'espoir est toujours à porté de main, l’enchaînement des chansons superbes, l'émotion dans la voix, j'ai tout aimé, basiquemment, et continu de me plaire au fil des écoutes répétées en boucle tout au long de la nuit. 



Posted in , , , , | Leave a comment

Plastic Flowers - Evergreen
























2014
Inner Ear
Deezer | Bandcamp | Web

Hors donc il est deux heure du matin, ou presque, soit le moment idéal, ou presque, pour écouter cet album de Plastic Flowers. Sortit dans l'intimité sur le label grecque Inner Ear (Baby Guru, Electric Litany, Melt Mountain) un de mes labels indie préféré , cet petit bijoux sans ambitions de vingt six minutes tout rond est une collection de délicieuses petites tranches de pop alternative. C'est d'un calme olympiens (jeu de mot tavu ?) , aussi calme que cette légère brise de printemps, un peu fraîche, chargé de pollen qui me fait pleurer. A deux heures du matin, le silence, le chant des grenouilles qui  forniquent dans le lointain, moi, posé et fuyant le sommeil, l'obscurité avec en ligne de mire l'aube qui vient avec l'heure qui tourne. Dieu qu'on est bien, cette nuit, dieu que cet album est bref, mais bon.


Posted in , , , , | Leave a comment

Cloud Nothings - Here And Nowhere Else
























2014
Wichita Recordings
Deezer | Spotify | Web

Deux ans après Attack On Memory, Dylan Baldi, chanteur et tête pensante de Cloud Nothings revient aux affaires avec Here And Noxhere Else. Si le précédent opus était inscrit dans l'urgence, la panique et le malaise, comme l'avouera Baldi lui même, ce dernier album lui, semble moins centré autour des affres de son leader. Parisien depuis deux ans, le chanteur s'est permis une  ouverture au monde dans l'écriture de ses paroles. Le résultat est un album moins tranché, légèrement plus joyeux. La recette reste quand même là même, des chansons rapides, des riffs de guitares incisifs nourrit d'énergies punk et grunge, un chant toujours un peu borderline qui alterne hurlements et cris, une voix qui raconte. Un album très bref, sans aucun temps mort, énergique et implacable, d'une demi heure tranché, un brûlot qui prouve que Cloud Nothing n'a rien perdu de sa morgue et de sa hargne. Toujours prompt à sortir les dents. La généalogie avec son prédécesseur est évidente, bien que plus mature, et pourrait en être la suite, sinon la continuité logique. Fidèle à lui même, Baldi à sorti l'album qu'on attendait qu'il sorte, ni plus ni moins, et s'en sort avec brio.

Posted in , , , , , | Leave a comment

SOHN - Tremors

























2014
4AD
Deezer | Spotify | Web

Or donc, je me baladais sur le site du label 4AD quand je tombais sur le nouvel et premier album de Sohn. Attiré, de prime abord, par la pochette du disque, au demeurant superbe, je voulu en savoir  plus et lançais deezer sans plus attendre. Je dois lui admettre des qualités certaine, à cet album. Déjà, on sent  bien que le mec à bien  bossé ses ambiances et ses instrus. Ensuite, la voix, posés, douce, est en total harmonie avec la musique des morceaux et sublime bien l’ensemble, j'aime bien. Ce petit mélange d'électro et de pop fait son chemin tranquillement, dans le calme. Sohn, c'est quand même juste un mec avec des claviers et parfois, une guitare, et toujours bien inspiré. Ça parle d'amour et d'autres choses avec une sensibilité touchante qui est plutôt rare de nos jours. Je lui reproche quand même une chose, c'est qu'à la  longue, on se rend compte que certaines compositions se ressemblent trop, et on finit parfois par s'ennuyer, en se demandant si on est bien à a track d'après, ou d'avant. Heureusement, quelques très très bon morceaux soutiennent un ensemble qui demeure cohérent et pas trop mal agencé, tout de même. Ce n'est pas un mauvais albums, loin de là, c'est juste que parfois, je trouve les rythmiques des chansons bien semblable, ce qui prête a confusion. J'ai bien aimé, quand même, en buvant  un verre de vin, ça passe bien, et des chansons comme "Artifice" tout en pop, "Paralysed",ballade piano voix sensible ou la techno atmosphérique de "Lights", on est quand même sacrément gâté et ça mérite bien qu'on s'y attarde un peu.   


Posted in , , , , , | Leave a comment

Katy B - Little Red
























2014
Rinse / Columbia
Deezer | Spotify | Web

Ouai ouai, je sais. Mais j’avoue être tombé sous le charme de  cette jeune anglaise qui pose sa voix sur une poignée de titres entre dub et club. Sans compter une voix charmante et agréable, il faut voir la dream team de  producteurs et de compositeurs qui ont contribués, de près ou de loin , à l'élaboration de ce disque. Ce dernier est déjà une des plus grosse machine de destruction du début de l'année (cinquième positions dans les charts anglais au mois de janvier devant Avicii). On vas saluer l'effort, tout d'abord parce que Katy campe sur ses positions et ne sacrifie pas sa musique au desiderata de la masse, en arrivant tout de même à produire une machine  à danser, collante de sueur, qui nous fait plonger, pour cinquante minutes, dans la peau d'un clubber londonien, celui qui vas se frotter à la piste, au milieu des gens dansant en transes sous les stroboscopes, dans la moiteur des corps brûlants les uns contre les autres. Une rafale de tubes plus tard, il vous ferait presque regretté de ne pas fréquenter ces établissements ou la musique est trop forte(et parfois à chier) et les boissons trop chères.


Posted in , , , , , | Leave a comment

Weeknight - Post Everything
























2014
Hand Drawn Dracula
Bandcamp | Deezer | Web

Des vapeurs brumeuses de NYC sous la pluie d'Avril, aux salles de concerts enfumées ou résonne ce son particuliers, chaud, qui prend aux tripes et qui retourne la tête, des grandes avenues trop éclairées ou l'inconnu marche sans vraiment savoir ou il se rend, jusqu'aux caves squattées par des commandos de musiciens indépendants, dynamitant l'ordre établis en ourdissant des complots pour prendre le contrôle du monde. Un monde peuplé de la triste réalité et de freaks en marge du systême stockant des armes à feu en vu de la fin du monde.
La ou un homme et une femme, armés de leurs synthétiseurs, s'emploient à écrire les meilleurs chansons du monde tout en voulant remettre un certain type de new wave ( new new wave ?) au gout du jour. Un artwork bi chromatique, indéfinissable, ou l'on devine peut être une chaîne de montagne, on prend de la hauteur, tout écoutant ce disque, triste, une fois de plus, mais beau, quand même.


Posted in , , , , , , | Leave a comment
The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.