Archive for August 2012

Marilyn Manson - Born Villain (2012)

Nous sommes fin août, cela fait donc quatre mois. Quatre mois de recul pour chroniquer un album, qui a donc passé le stade de la découverte, puis de la mise à l'écart, puis de la redécouverte. Quatre mois, sur un blog d'actu musicale, c'est donc une éternité. Quatre mois que le Herr Doctor (qui?) a sorti son neuvième album (je mets de côté le best-of), Born Villain.




Quatre mois, lorsqu'un groupe a eu une influence considérable dans votre vie, qui dépasse le simple cadre de la musique, ce n'est rien, pourtant. C'est donc dans la peau de l'ancien collégien qui découvrait la musique en écoutant Hollywood que j'écris ces lignes. N'écoutant parfois plus Manson pendant de très longs mois, mais avec cette petite étincelle se ravivant à chaque nouvelle sortie d'album.

Ces périodes d'absence ont plusieurs raisons. La pauvreté de la musique en est une (je suis capable de la jouer, c'est dire), et apprendre que Manson s'est sérieusement penché sur les parties de guitare au cours de l'enregistrement du disque a vraiment de quoi faire peur (amis connaisseurs de ces bons vieux lives ou le sieur Manson décide de montrer ses talents de musicien, bonjour). On nous annonçait cette fois un "retour aux sources", "le meilleur album depuis Antichrist". Bref, encore et toujours ces mêmes discours, qui nous laissent un goût amer dans la bouche, lorsque l'on repense au triptyque Antichrist Superstar - Mechanical Animal - Hollywood, qui fut l’apogée d'un artiste venu de l'Ohio dont l'avenir dira s'il restera ou non dans le Hall of Fame du rock provoc' américain.

Venons en aux faits. La première écoute m'avait fait passer par tous les stades. Hey, Cruel World était lancée, et j'avais du mal à y croire. Le son n'avait plus les traits d'une surproduction aseptisée. J'ai cru entendre la face B d'Antichrist Superstar, et c'était beau. J'ai pensé "enfin, on y est" là où je n'attendais rien, et j'ai attendu que l'album monte en puissance, que l'on retrouve ce style, fait de calme avant la tempête, si caractéristique des anciens disques....

...mais rien de tout ça. L'album ne montait jamais. Il restait linéaire, désespérément, comme un mauvais restaurant indien où tout reste fade, tandis que vous vous attendiez à un déluge de saveurs exotiques. Voilà le premier sentiment ressenti. J'ai été le voir en concert au Zénith tout de même et malgré la frustration d'un show beaucoup trop court, malgré la nullité de Twiggy en tant que guitariste, malgré l'absence d'un claviériste si important en dépit de partitions si simples, il y avait quelque chose. Manson a retrouvé sa voix, son envie.

J'ai donc cette fois acheté le disque et la deuxième écoute était différente. Born Villain n'est pas un "mauvais album" de Manson. Born Villain est un tournant. Un tournant dans la carrière de Brian Warner, qui pourra préjuger de son avenir. Il y tourne le dos au grand public, qui ne l'aimera pas. Aucun des morceaux n'aura une chance de passer en radio populaire (ce qui est toujours en soit, une assez bonne nouvelle). Mais les bonnes idées sont pourtant là. Slo-Mo-Tion (et son intro) est une perle, Disengaged (et son refrain) aurait sa place sur Hollywood, No Reflection est un single assez sympathique, Overneath the Path of Misery est une œuvre étrange qui pourrait très bien provenir de l'époque Antichrist, et You're so vain, dans la tradition des covers par Manson, est agréable à écouter. A côté de ça, le reste se compose de morceaux assez classiques, qui s'écoutent mais manquent cruellement de ce petit quelque chose inexplicable. 

Voilà le bilan qu'on pourra en faire. De très bonne choses, d'autres moins bonnes, mais pas d'horreurs comme il a pu en commettre par le passé (Heart Shapped Glasses, ça vous parle?). La chose la plus importante à retenir est qu'on est donc à un moment clé de l'histoire de Manson. Si l'envie lui prenait de continuer la musique, on peut encore s'attendre à de très belles choses.

Note : 6/10 : un album moyen à tous les sens du terme, ni mauvais ni spécialement bon, et qui gagnera probablement à vieillir. Le 6 est pour Disengaged, dont j'aime l'efficace simplicité si symbolique de Marilyn Manson

Posted in , , , | 1 Comment

If These Trees Could Talk - Red Forest

2012
Science of Silence Record 

Je vais me répéter mais bon. J'adore le rock progressif, j'aime les chansons longues qui font voyager, j'aime ces mélodies qui prennent leurs temps, j'aime la musicalité qui en ressort, c'est beau. Ce qui est encore mieux, c'est qu'il n'y a pas de  paroles, c'est à nous de deviner ce que le groupe veut dire, la musique est nue, dépouillée de l'artifice de la voix. Véritable voyage  musical, ce Red Forest n'en reste  pas moins un album à la composition classique dans le genre. Mais à l'heure actuelle, il est plus que salutaire de se pencher sur ce genre musical méconnu qui pourtant abrite en son sein certains des groupe les plus talentueux du monde.
C'est le deuxième album du groupe américain originaire de l'Ohio et c'est un sans faute. Il n'y a rien à jeter, rien  à rajouter. Les passages lyriques succèdent aux passages marqués plus métal et ainsi de suite pour mon plus grand bonheur. Orchestré de  manière magistral, on ne s'ennuie pas un instant. Laissez-vous aller sur les sentiers battus, pour changer, entrez dans la forêt et n'en partez plus.



9/10




Pays/territoire : Ohio, États-Unis
Posted in , , , , , | Leave a comment

ECID - Werewof Hologram




























2012
Fill In The Break
Deezer / Bandcamp

Je n'ai pas assez de connaissances dans le milieu du Hip Hop pour comparer ECID à qui que ce soit d'autre, je ne connais pas ce domaine, j'en écoute très  peu. Mais des fois, j'aime tomber sur des perles comme cet album d'ECID . Honnêtement, je vais pas m'amuser  à essayer de meubler pour faire de la ligne : Ce disque est totalement badass, il est génial, il est cool. Des musiques aux paroles, c'est le pied total pendant une heure.Je reste ouvert aux avis dans les commentaires.

Chez les autres :
La chronique de Lebowsky sur d-Mute



9/10

Posted in , , , , , | Leave a comment

dEUS - Following Sea


2012
Play It Again Sam

Moins d'un ans après Keep You Close, dEUS sort donc un nouvel album. Voyons un peu ce qu'il en est. 
Et ça démarre très fort avec ce "Quatre Mains", en français dans le texte, Tom Barman déclame son texte à la façon d'un Gainsbourg pour  un résultat  parfaitement réussi, jeune chanteur de variété français, prends-en de la graine au lieu de nous casser les couilles à la radio avec tes textes merdiques. "Sirens", seconde track de l'album fait la part belle  à la voix de Barman malgré une  orchestration au violon vraiment pas terrible.
Retour aux choses sérieuses avec "Hidden Wounds", beaucoup plus grave, cette chanson fait monter la tension jusqu’à la fin avant un finish froid et spatial.  "Girls keep drinking" ne fera pas l’unanimité, avec son synthétiseur, la chanson sonne mal, le rythme y est plutôt banal en définitive, je zappe. Ballade gentillette, "Nothing" s'écoute déjà un peu plus mais ne convainc pas pour autant. "The Soft Fall" rattrape un peu la copie, mais ont  n'espère plus de miracle, et ainsi de suite jusqu’à  "Fire up the google beast algorithm" ou l'on retrouve enfin la patte du groupe, mais ce n'est qu'un avant gout de la fin puisque "One Thing About Waves" est une chanson brillante de six minutes, petite  pépite perdu au milieu d'un grand ... rien.
Car il n'y a rien,  l'album est très très inégale. Trois superbes chansons ( Quatre Mains, Fire  up the google beast algorithm et One thing about waves ) se retrouvent noyées au milieu de chansons passables et anecdotiques, sans grande  originalité. Déçu, surtout après un Keep You Close grandiose.

3/10


Pays/territoire : Belgique
Posted in , , , , | Leave a comment

Principles of Geometry - Burn The Land And Boil The Oceans


2012
Tigersushi

Avec ce troisième album, le duo électro de chez Tigersushi s'offre avec brio un orienté dance floor, continuant de composer avec succès des sons modernes avec du vintage, sans tomber dans le cliché. Que ce soit sur Springed Dodge, inquiétante introduction d'album nappée de synthétiseurs, ou bien ce Carbon Cowboy d'anthologie dont j'attends les remixes avec impatience, L'album est une vrai petite mine de pépites électroniques pas dégueu qui se laisse écouter avec énormément de plaisir. On dansera sur Moloch, morceau taillé  pour les clubs,on se laissera emporter par un  Ism totalement bluffant , sûrement la meilleure chanson de l'album et  l'on s'étonnera du nombres d'ambiances différentes proposées tout au long des 53 minutes de l'album. Une musique très cinématographique, comme le dit bien justement Des Chips et du Rosé qui lui attribue la note de 7.9/10. Allez, je suis pas chien ,j'arrondis.

8/10

Posted in , , , , , | Leave a comment

Who Made Who - Brighter



























2012
Deezer
Kompakt

Il y a quelques mois, le clip d'Inside World m'avait donné envie d'en savoir plus sur ce groupe. Force est de constater qu'après de  nombreuses écoutes, l'album s'avère décevant dans son ensemble. La musique se fait trop contemplative, on n'arrive pas à se défaire de cette légère sensation d'ennui. Ho la musique n'est pas mauvaise, loin de là mais manque de rythme malgré le triptyque Inside World - The Divorce - Below The Cherry Moon , respectivement première, sixième et ... dernière chanson de l'album. Peut-être la musique de WMW est elle plus adaptée à un EP pour le moment,  plutôt qu'un album plein de remplissage pour trois bonnes chansons. Ça mérite quand même la moyenne.

5/10





Pays/territoire : Berlin, Allemagne
Posted in , , , , | Leave a comment

Cheap Time - Wallpaper Music


2012
In The Red

Quelle bonne découverte que ce trio qui pratique avec brio un punk/rock garage de derrière les fagots comme on en fait plus de nos jours. Gagnant à être connu, le groupe distille tout au long de son album de quarante minutes un rock agressif, basique et plein de morgue entre les Ramones et le Velvet Underground. Signé sur l'excellent In The Red Record, dont je découvre avec joie le catalogue sans fausses notes,  ils apportent  un je ne sais quoi de frais et en même temps old school à la musique du genre. Pièce maîtresse de l'album, Underneath the fruit flies est une chanson longue de sept minutes entre rock abrasif et psyché qui s'écoute sans modération, c'est à dire en boucle. Évidemment, le reste de l'album n'est pas en reste, Hall of mirrors et son orgue vintage rappelle à la fois les Doors et le Brian Jonestown Massacre , un Another Time tout en riffs et en sueur rappellera les grande heure des Ramones sans les  plagier. Un album qu'il est bien, qu'il faut l'écouter, et même l'acheter si tu peut, si si.

8.5/10





Posted in , , , , | Leave a comment

Purity Ring - Shrines



2012
4AD

Purity Ring (anneau de pureté) est un des disques les plus interessant que j'ai eu le plaisir d'écouter cette années. Corin Roddick (21 ans, composition) et Megan James (24 ans, chant et paroles) , deux jeunes canadien réunit autour d'un intérêt commun. Lui compose la musique, un jour, il se rencontre via  des amis commun , il veut qu'elle chante sur ces musique, elle accepte. Pour se faire , rien de plus simple, ils ne se verront jamais ,s'envoyant  paroles et musique via courriels. Eux même décrivant le principes du groupe de rock classique à cinq membres comme un concept dépassé, non sans raison. Si il est possible de faire  de la musique sans se voir, pourquoi s'emmerder à répéter dans le garage le week end quand il suffit de s'enregistrer et d'envoyer tout ça aux autres  pour qu'ils l'intègre à leurs propres morceaux. A n'en pas douter, il y a matière à débat.

Mais revenons un peu sur l'album en lui même, qui ce  présente sous la forme du LP classique de onze chansons  pour une durée de 38 minutes. Au programmes, des synthé éthérés et vaporeux calé sur des rythmiques hip hop, un soupçon de dubstep et de la reverb. Le chant de  Megan n'est jamais bien violent, la voix se fait narrative, racontant  une histoire au fil des paroles. Au final un album très bon, bien que pas totalement révolutionnaire, mais je paris quand même qu'il la mettront par derrière a The XX dans les tops de fin d'années !

8/10

Posted in , , , , , , | Leave a comment
The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.