Archive for November 2011

The War On Drugs: Slave Ambient (2011)


C'est en errant au hasard dans les actualités deezer à la recherche d'un album à chroniquer que je suis tombé sur cet album, Slave Ambient, troisième album (mais quatrième production, il faut compter un EP) du groupe The War On Drugs. Pourquoi ai-je cliqué, je n'en ai aucune idée. Peut être les mots "war" et "drugs" ont ils excité mon inconscient.Le fait est qu'il m'aura fallu près d'un mois pour apprivoiser cet album. Au début réticent envers cette musique dont je n'ai pas l'habitude, je l'écoute aujourd'hui avec plaisir.




La musique de cet album pourrait être qualifié de folk, indie, pop, planant, et j'en passe. On a même parlé de "driving music". Personnellement, si l'on devait absolument attacher cet album à quelque chose en rapport avec conduire, ce serait à une video en accéléré de la circulation nocturne d'une mégalopole, mais en aucun cas à un road trip. Attachons nous ici à décrire et non à classer. 
La musique fait l'effet d'une bulle. Elle enveloppe et coupe du monde; si bien qu'on ne sait plus si c'est lui qui va plus vite ou nous qui avançons au ralenti.L'effet est produit par un scintillement sonore de clavier et de guitare et une voix planante et légèrement nasillarde qui rappelle Bob Dylan (influence que le groupe revendique, voir les chansons Brother et I was there). Alors que ce maelstrom luminophonique nous fait décoller, la batterie et la basse, tantôt lente, tantôt un peu plus lourde, nous ancrent irrémédiablement au sol. L'être est partagé entre son attachement à la terre et le désir de s'élever. Absolue dualité qui nous enferme dans cette fameuse bulle, face à nous, face à nos contradictions, hors du monde. Pascal s'en serait tiré une balle dans la tête.










En somme un album compliqué mais que je suis fier d'avoir réussi à apprécier.

Enjoy it.


Posted in , , | Leave a comment

Cakes & Tapes Record






Zoom sur le label indépendant  portugais Cakes and Tapes, basé à Aveiro, Portugal. Alors on est en droit de se demander si ouvrir  un label en 2010 est bien judicieux, après tout,  le marché de la musique et du CD est en crise, dans ce marasme économique, comment  une structure peu elle se développer sereinement alors que les internautes n’achète que peu ou pas de musique ? Et bien oui, à en croire les statistique, on n'a jamais autant vue de création de labels indépendants ces dernières années. Partout dans le monde émergent de petites structures portées à bout de bras par une petite troupe de passionnés. Si j'ai choisit Cakes & Tapes, c'est avant tout pour leur démarche originale : Tout les albums des groupes du label sont disponibles  uniquement sur cassettes audio ou bien en téléchargement pour le prix que vous souhaitez. Ces éditions limitées sont bien souvent vendus pour la modique sommes de 5€ , généralement , il faut compter des séries de 50 cassettes , soit 250€ de gains pour le groupe et le label, autant dire quasiment rien, preuve s'il en fallait qu'on est bien là pour la musique, pas pour faire de  l'argent.
Après seulement un an d'existence, le petit netlabel peut se vanter de présenter un catalogue tout  à fait respectable, avec pas moins de dix-neuf groupes signés sur le label provenant du Portugal (of course), des Etat-Unis, d'Italie, d'Allemagne, d'Angleterre ou bien encore du Canada. Un nombres de signatures tout à fait acceptable pour une structure de cette taille.  Toute la partie vente se fait sur  internet sur la page de l'artiste héberger sur Bandcamp, avec les cassettes en édition limité, comme on vous le disais. Le reste est téléchargeable pour rien et les morceaux sont tous sous licence Creative Commons . Ajoutons enfin que les cassettes sont toutes faites  à la main. La philosophie de C&T est inscrite sur son site web dans l’onglet about, c'est assez drôle  à lire d’ailleurs :  
"Cakes and Tapes is a small label, Cakes and Tapes will probably never have the money to do vinyl releases. Cakes and Tapes will, sometimes, put out digital-only releases. Maybe a CD-R once in a while. But regardless of the media used, regardless of all that’s been written on the lines above, it will always be about the music." 
Concernant les artistes du label, c'est le fouillis artistique. On y retrouve aussi bien des petits groupe de  folks, de la musique ambiant, de l'expérimental. La philosophie du  label est aussi de ne pas se limiter à un seul genre musical et de s'ouvrir en permanence à d'autre style. Jetons un coup d'oeil sur le catalogue. A noter que TOUT les groupes de ce label méritent d'être écouté au moins  une fois :

Out now:
ctt001 – Simone MorelliThe Two EPs [C30 tape + free download]
ctt002 – The ShilohsThe Shilohs EP [C30 tape + free download]
ctt003 – Yuni in TaxcoYuni in Taxco EP [C30 tape + free download]
ctt005 – Luís CostaLayered [C30 tape + free download]
ctt006 – Yellow OstrichFade Cave EP [C30 tape + free download]
ctt009 - Plastic Flowers – Meltdown EP [C30 tape + free download]
ctt010 – Taiga Blues – Neuanfang [C30 tape + free download]
ctt012 – Fletcher Kaufman – House of Glass Dolls [C30 tape + free download]
ctt013 – Erica Buettner – True Love and Water [C48 tape]
ctt014 – Birds are Indie – Our two EPs on one cassette [C30 tape + free download]
ctt015 – Lizard Kisses – Tiny Island Teeth [C30 tape + free download]
–//–
SOON

ctt017 – Where Love Meets the Sea – Sunset Pleasures [C30 tape + free download]10/10/2011
Point Reyes – Debut LP [tape + CD] January 2012

Pays/territoire : Glória, 3810 Aveiro, Portugal
Posted in , , , , , , , , , , | 2 Comments

Littles Kid - Logic Songs


2011







Est-ce possible qu'autant de bons artistes puissent passer totalement inaperçus ? Je veux dire , depuis que j'ai décidé de me pencher sur les albums faits  à la maison avec peu de moyens, j'en suis déjà à près d'une centaine d'albums à écouter et j'en ai déjà écouté une douzaine... Comment pouvons nous préferer les deux bouffons en slip de LMFAO à la vrai bonne musique, comment préférer un Guetta  à un Rebotini ou un Justice, non mais c'est une vraie question ! Le mouvement Chillwave est né il y à quelques années, sans doute au départ par des fans de Boards of Canada et de leur son vintage  unique. Le Low-Fi (devenu Lo-Fi) existe lui depuis toujours car il y a toujours eu des musiciens, partout dans  le monde, pour faire de la musique, la récente visibilité de ce genre  musical qui s'assume maintenant  pleinement permet même à certains de connaitre le succès, on pensera à des gens comme Com Truise ou Neon Indian, qui pour ce dernier, n'a jamais abandonné sa façon de travailler malgré le succès (mérité) qu'il obtient depuis quelques années. Avant  qu'on me houspille,  je considère chaque album fait chez soit avec peu de moyens comme un disque Lo-Fi, même si ce dernier  possède un son clean et propre de tout larsens. Le Lo-Fi, c'est cool, parce que les musiciens de l'ombre mettent tout le coeur  à l'ouvrage, un tel disque s'écrit avec son âme, parce que chaque artiste fait la musique qu'il à envie d'entendre, parce que beaucoup font de très bons albums en espérant accrocher le maximum de gens. La mort dans l'âme, je me dis que je vais surement, au cours de ma vie, passer à coté d’excellents albums dont je n'entendrais jamais  parler. J'aimerais que ceux qui le méritent soient reconnus pour leurs travaux, parce que les maisons de disques sortent merdes sur merdes pour tenter de sauver un marché qui leur a totalement échappé ces dernière années. La prochaine maison de disque est virtuelle, qu'on se le dise. Dans ce grand truc un peu foutraque, on tombe parfois sur des albums fragiles, sensibles, humbles, presque timides, comme trop honteux  pour jouer dans la cour des grands.

A l'instar de Little Kid, un album qui à bercé mon après midi d'une douce mélancolie. C'est un disque  pour les  jours gris et pluvieux, au coin du feu, tu écoutes la  pluie battre sur les carreaux en traînant sur  internet, puis au final tu te laisses surprendre  à chaque fin de chanson, celle d'après sera t-elle aussi bonne que la précédente ? Elle l'est.

Bandcamp / Myspace






Pays/territoire : Cité de Westminster, Londres, Royaume-Uni
Posted in , , , , , , | Leave a comment

Jonas David - Keep The Times


2011







Jonas David, 24 ans, allemand. 

Signe particulier : Possède un groupe de musique Indie/Folk qui fait passer l’insupportable Bon Iver pour un groupe régional de troisième zone bon pour les foires à la saucisse.  

Concrètement, c'est du Folk/Indie/Lo-fi, c'est fait avec amour, on entend parfois le micro saturé, pourtant, ça atteint le niveau des meilleures productions du genre. Musicien autodidacte, Jonas fait  preuve d'une maturité  impressionnante en termes de composition et signe  un très bel album de la première à la dernière piste, bien qu'on puisse regretter un tout petit ralentissement du rythme en milieu d'album. La première et meilleure (selon moi) chanson de l'album, Fear Take Flight, est un vrai morceau de pur bonheur de sept minutes , la quintessence des effets de style du genre.
Bandcamp / Website  / Vimeo / Youtube


Pays/territoire : Allemagne
Posted in , , , , , , | Leave a comment
The Black Box 2010 - 2015. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.