Car Seat Headrest - Twin Fantasy



























2018
Matador
Bandcamp | Spotify | Deezer | Web

Éliminons d'entrée de jeu les comparaisons un peu hasardeuse. Il y a là dans cette voix comme un mélange entre Beck et Julian Casablancas des Strokes. Voilà, il fallait le dire.
La comparaison s'arrête ici. Nonobstant les qualités des deux groupes plus haut, on laissera ses aprioris au placard avant d'entrer dans ce Twin Fantasy.
Sinon qu'en dire ? C'est un album d'une rare qualité qui se paye le luxe de n'avoir aucune chansons bouche trous, ce qui n'est pas la norme, alors on en appréciera d'autant plus ces dix pistes ou se mêle dans l'harmonie bienheureuse le psychédélisme d'un "Famous Prophets" , piste de seize minutes, sorte de bohemian rhapsody proto métal, d'une richesse incroyable. Sans parler de de la petite  odeur de punk flottant sur "Nervous Young Humans".
Le groupe est à l'attaque, surprenant sans cesse, n'hésitant jamais  à casser le rythme des chansons là ou un groupe plus putassier aurait surement accentuer. Une des grande force de l'album est de ne jamais cherché  à plaire à  tout prix, tirant les chansons, faisant des pauses dans la narration pour  y intercaler un texte. 
Malgré tout, il se dégage de l'ensemble  une énergie communicative, positive, qui porte l'auditeur. Cet album peut s'écouter dans n'importe quels conditions, il s'adapte à l'humeur de l'auditeur, à moins que ça ne soit le contraire...
Je recommande très très fortement, c'est un des meilleurs albums de 2018, c'est dit.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Mesarthim - The Density Parameter



























2018
Bandcamp

Oui, Mesarthim, un groupe la production musicale pléthorique qui à l'insigne qualité de ne jamais faiblir, ni dans le fond comme dans la forme.
Passionné d'espace, d'exploration, ces deux australiens continus de produire des albums à cadence soutenue depuis quelques années, les vendant toujours au prix compétitif de 1€, sauf support physique. Cette volonté de ne  pas faire de profit est inscrit dans l'ADN du groupe qui se revendique comme des pourvoyeurs de musique, jamais comme des épiciers.
Fi des considérations pécuniaire, on y retrouve la patte du groupe, comme à chaque albums. De longues pistes atmosphériques, violentes, au chant noyé, presque inaudible, secondaire. Une savant utilisation des claviers dans les break et les refrains pour donner de la matière, sur fond de guitare saturé au maximum, à l'accord inaudible, qui se transforme pour l'occasion en une  piste unique, ou se greffe une batterie efficace mais classique.
La somme de tout les talents en fait un disque à ambiances, comme toujours, et l'on se laisse volontiers emporté dans l'espace sur le vaisseau Mesarthim, qui n'est autre que le nom d'un système d'étoile triple, dans la constellation du bélier, à 204 années lumière de nous, ce qui est également là ou se situe Mesarthim par rapport aux autres production de ce genre. Hautement recommandé.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Django Django - Marble Skies



























2018
Because Music
Spotify | Deezer | Web

Il y a comme un petit suivi de mode non ? Humm ? Je dis a je dis rien. N'empêche,  à l'écoute de cet album, on sent qu'on a pris le haut de la vague. Ces petit claviers en arrière ? Cette voix ? Cette façon de chanter ? Cette basse ? On nous referais pas le coup du revival 70/80's quand même !
Mais totalement. Après, je dis ça, le disque est bien aussi. Faut pas croire. Si je m'agace, c'est parce que Django Django, un groupe que j'apprécie beaucoup, n'aime pas prendre trop de risques. Autant je m'en félicite pour d'autres groupes, autant là, j'aimerais qu'on ouvre des fenêtres à défaut d'ouvrir des portes sur autre chose, il y à du potentiel chez ces anglais, plein.
Néanmoins, on danse. Ne serait ce que sur l'incroyable et introductif "Marble Skies", petit monument à la gloire de la pop qui donne irrémédiablement envie de bouger. L'album, quoi qu'un peu inégal et souffrant de longueurs, n'en n'est pas moins  plaisant  à écouter et contient quelques singles qui rattrapent bien tout le reste.

Posted in , , , , , | Leave a comment

Heart On My Sleeve - In The Midst Of Hope And Nothingness


























2015
Spotify | Deezer | Bandcamp

Cet album m'est complètement passé sous le nez en 2015, date de sa sortie plutôt anonyme et confidentiel. Entièrement autoproduit, enregistré par un groupe de suédois pour le moins triste, on parle d'un doux euphémisme.
C'est l'histoire, ici, ou le récit autobiographique d'un personnage fictif dont la vie ne se résumé qu'a la figure du cercle. C'est l'histoire de la perte de repère face à une vie sans bute, dont la vacuité est un cancer qui vous ronge  à petit feu, dont la souffrance sourde ne laisse jamais aucun répit. C'est l'impression de tourner en rond sans pouvoir s'échapper, d'être prisonnier dans sa propre tête, d'être dans une maison en feu sans issues. C'est lorsque l'on laisse partir les gens que l'on aime pour ne pas qu'ils soient  à leurs tour affecter par notre état. C'est d'être allongé sur son lit et d'écouter la neige tombé parce que c'est la seule chose qui vous  permette de ne pas penser. Finalement, c'est les affres de la solitude  la plus terrible, celle ou la  pulsion de mort manque de peu de l'emporter sur l'instinct de survie. En chansons.
Et bordel, quelle voix ! Pas des plus réussit, mais une des plus honnête que j'ai entendu, qui laisse transpirer le plus d'émotion différente. Cette voix souffre, saigne, et me file des frissons.
Alors avec bien des années de retard, s'il vous plaît, tendez  une oreille attentive sur ce disque qui ne  paye  pas de mine mais qui affecte réellement l'humeur de son auditeur.
Malheureusement, le groupe s'est séparé un an après la sortie de ce dernier album en forme de testament  musical, à mon plus grand regret, ce qui rend le disque encore plus intéressant, car qui n'a jamais en envie d'écouter les derniers mots d'un groupe mourant, de capter ces moments, ces ambiances ou tout se délite petit à petit, jusqu'à l'accouchement dans la douleur  d'un grand disque triste, qui sont,  à mon humble avis, toujours les meilleurs.

Posted in , , , , , , | Leave a comment

Rolo Tomassi - Time Will Die and Love Will Bury It


























2018
Holy Rorar Records
Spotify | Deezer | Bandcamp | Web

Aurait pu être un bon album, vraiment. Les idées ne manquent pas, les instrumentations sont très bien faites, la production est léché, la voix fait admirablement le travail, on y passe de la violence à la douceur en moins de temps qu'il n'en faut pour sursauter. Pourtant, l'album, loin d'être mauvais, souffre  de trop de clichés pour pouvoir en faire abstraction. A l'écoute, je n'avais qu'une envie, qu'il décolle, je le sentais, tout proche, mais le miracle n'a pas eu lieu. Peut être qu'à la longue, cela viendra, certains albums demande du temps avant de faire entendre à l'auditeur de quoi ils sont capable. C'est tout le bien que je lui souhaite, sincèrement. 

Posted in , , , , , | Leave a comment
The Black Box 2010 - 2018. Powered by Blogger.

Search

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark. Converted by LiteThemes.com.